Tablettes : points forts et points faibles des différents écosystèmes

Tablettes : points forts et points faibles des différents écosystèmes

L’iPad 2 d’Apple

Ipad 2 d'Apple

Commençons cette analyse des tablettes disponibles par le produit star du moment. L’iPad 2, quoi qu’en disent ses détracteurs, reste la tablette qui fait l’objet de toutes les convoitises. Cet effet de mode s’explique tout d’abord par le génie commercial dont fait preuve Apple, sa société créatrice : qui n’a jamais rêvé de posséder un tel objet simplement pour pouvoir affirmer « moi j’ai un iPad ! » ? Mais l’iPad doit aussi son attractivité par le haut degré de finition qui caractérise le produit. En effet, dès sa prise en main, il ne fait aucun doute que l’on a entre les doigts un objet haut de gamme très bien fini avec un design franchement très réussi.

 

Un côté hardware haut de gamme mais à la connectique pauvre

L’un des éléments principal d’une tablette tactile est son écran. Là encore, Apple a fait le bon choix en intégrant un écran LED de très bonne qualité de dimension 9.7 pouces affichant une résolution 1024 x 768. Il est très agréable pour une utilisation quotidienne, que ce soit pour lire vos e-books ou pour regarder du contenu multimédia (photos, vidéos …). La fonction tactile de ce dernier est très réactive et donne entière satisfaction.

Le principal bémol au niveau hardware provient de l’appareil photo dorsal : Apple annonce un objectif capable de prendre des photos en haute définition, mais dans la pratique la qualité des photos obtenues est plutôt mauvaise, avec notamment un grain très prononcé. L’autre point négatif qui handicape l’iPad est sa connectique : de base la tablette dispose d’une unique sortie propriétaire (c’est-à-dire spécifique à l’iPad et à l’iPhone, incompatible avec quoi que ce soit d’autre). Cela oblige donc l’utilisateur à se procurer de coûteux adaptateurs, vendus par Apple exclusivement. Il est donc possible de se procurer un adaptateur HDMI permettant de brancher une TV ou un vidéoprojecteur, ou encore un lecteur de carte mémoire pour visualiser des photos prises via un appareil photo. Un adaptateur pour ajouter un port USB est également disponible, mais il semble destiné à la connexion d’un appareil photo et tout transfert de fichier à partir d’une clé USB est a priori impossible.

 

Une ergonomie efficace, mais contraignante

Le système embarqué dans l’iPad bénéficie également d’une notoriété qui n’est plus à établir : il s’agit de l’iOS qui est également embarqué dans les iPhone et les iPod Touch. Il n’y a pas de différences notables entre la version iPhone et iPad si ce n’est que la version pour iPad est adaptée à son écran plus grand. Les possesseurs d’iPhone ne seront donc pas dépaysés. On retrouve dans cette version de l’iOS la présentation des applications sous forme d’icônes directement affichées sur le « bureau », ce qui assure un accès efficace aux différentes applications.

Néanmoins, le principal bémol provient de la volonté d’Apple de faire d’iOS un écosystème fermé, ce qui amène un lot de contraintes qui feront tiquer les utilisateurs voulant aller un peu plus loin qu’une utilisation « basique » (lecture de vidéo, visionnage de photos, navigation web, jeux). Même dans cette utilisation « basique », certains choix faits par Apple sont plutôt contraignants. Pour commencer, impossible de brancher une clé USB ou un disque dur directement sur l’iPad pour y transférer une vidéo par exemple : il faut nécessairement passer par iTunes (dont l’ergonomie n’est pas non plus du goût de tout le monde) et donc avoir un ordinateur sous la main. De plus, seuls certains formats de fichiers sont supportés (le .mov et le .mp4 essentiellement, pas de .avi ou de .divx par exemple). Il en va de même pour les fichiers audio : AAC et MP3 uniquement.

 

La richesse de l’App Store

L’App Store est le catalogue d’applications disponibles pour l’iPad. Il est actuellement la plateforme de téléchargement d’applications présentant le plus de références avec plus de 450 000 applications disponibles. Mais ici encore, le choix idéologique d’Apple est assez contraignant pour les utilisateurs, mais cette fois cela concernera leur portefeuille. En effet, on trouve assez peu d’applications gratuites vraiment intéressantes (quasiment aucun jeu n’est gratuit par exemple). Il vous faudra donc le plus souvent vous acquitter d’une petite somme (le prix de la majorité des applications n’excède pas 5€) pour enrichir votre iPad. Or le principal attrait de ses tablettes tactiles réside tout de même dans ces applications.

 

Résumé

Les + :

  • Excellente finition
  • Côté design très réussi
  • Qualité de l’écran et de ses fonctions tactiles
  • Ergonomie et qualité graphique de l’iOS
  • Le nombre d’applications disponibles sur l’App Store

Les - :

  • Appareil photo de mauvaise qualité
  • Connectique contraignante
  • Ecosystème fermé
  • Restrictions importantes au niveau des formats de fichiers supportés
  • Philosophie du tout payant de l’App Store

 

 

L’Acer Iconia Tab A500

image de l'Acer Iconia Tab A500

Un hardware satisfaisant et une connectique complète

L’écran de cette tablette est de dimension 10.1 pouces affichant une résolution de 1280 x 800. La qualité d’affichage affichée par ce dernier est bonne : il permet de visualiser confortablement du contenu multimédia, mais aussi de lire des e-books ou encore de surfer sur Internet sans ressentir de fatigue particulière. Là encore la réactivité de l’aspect tactile de l’écran est tout à fait satisfaisante. En outre, l’Iconia Tab est équipée du nouveau processeur « Tegra 2 » de Nvidia, qui effectue aussi bien les traitements généraux comme tous processeurs, mais aussi les traitements relatifs à l’affichage graphique. Ce dernier est actuellement le processeur pour tablette le plus rapide du marché, ce qui assure à la tablette une vitesse d’exécution optimale. Le gros point fort des équipements fournis dans cette tablette est la qualité surprenante de son appareil photo : il est capable d’effectuer des photos de très grande qualité et dispose d’un autofocus très efficace.

En ce qui concerne les connectiques, la tablette d’Acer dispose de tout ce qui est susceptible d’être utile pour une utilisation avancée. Ainsi, l’utilisateur pourra profiter de l’agrément que procure la présence d’un port USB, via lequel il suffira d’insérer une clé USB (ou un disque dur USB) afin d’avoir accès aux données qu’elle contient. Néanmoins suivant le type de données à exploiter (certains formats vidéo par exemple), il sera nécessaire d’installer une application gratuite qui en assurera la lecture. Il est aussi possible de connecter une souris ou un clavier sur le port USB : il sera automatiquement reconnu. L’Iconia Tab dispose également d’un port mini HDMI qui permettra de relier votre tablette sur une TV, un écran d’ordinateur ou encore un vidéoprojecteur (sous réserve que l’appareil cible dispose d’un port HDMI), ce qui est bien pratique pour effectuer une présentation PowerPoint ou diffuser une vidéo.

Un système puissant mais pas simple à appréhender

Cette tablette conçue par Acer est dotée d’Android 3. Il s’agit de la dernière version du système sortie à ce jour. Cette dernière présente la particularité d’être spécialement optimisée pour les tablettes, par rapport aux moutures destinées aux smartphones. Elle assure donc une ergonomie adaptée aux écrans plus grands des tablettes tactiles. Concernant le style graphique, il semble un peu austère comparé à iOS, mais il est plus proche d’un système  d’ordinateur de bureau. Par contre le système Android dispose d’un module bien pratique par rapport à son alter ego de chez Apple : la zone de notifications. En effet, cette dernière permet de voir d’un simple coup d’œil toutes les informations utiles en temps réel.

A l’instar des versions pour téléphones mobiles, Android 3 est un système ouvert et très malléable. Il ressemble en effet à un système que l’on peut retrouver sur un ordinateur classique de par sa richesse et sa puissance. Néanmoins cet aspect est à double tranchant : les menus de paramétrages présentent beaucoup d’options, donc il est relativement compliqué de s’y retrouver. Android permet donc d’aller plus loin que la simple utilisation multimédia et s’apparente plus à un système complet d’ordinateur de bureau. Il dispose par exemple d’un vrai explorateur de fichier (c’est ce qui permet de naviguer dans les dossiers stockés sur les disques durs d’un ordinateur classique). Cet écosystème s’adresse dont à un public plus exigeant et transforme une tablette tactile en un PC ultra-portable doté d’un écran tactile.

L’Android Market : une alternative crédible à l’App Store

Bien que l’App Store présente toujours le plus grand nombre de références à ce jour, l’Android Market n’est pas en reste avec plus de 250 000 références. La plateforme ayant connu une croissance exponentielle depuis un an (environ 75 000 applications en octobre 2010), certains analystes prédisent même que le market de Google va dépasser celui d’Apple dans les mois à venir. Une grosse différence avec l’App Store d’Apple est que l’Android Market n’est pas un moyen de distribution exclusif. L’Android Market est le market « officiel » de Google, mais d’autres sociétés ont lancés des plateformes de téléchargement alternatives, comme Amazon. Certaines applications étant exclusives à tel ou tel market, il peut être fastidieux de trouver une application précise, mais en règle générale toute application ayant pour vocation de trouver un vaste public et de connaître du succès sera trouvable sur l’Android Market. Il est aussi possible d’installer directement sur la tablette en se procurant le fichier d’installation (.apk).

En outre, l’écosystème Android présente une philosophie différente de l’App Store : il se base sur le principe du libre et de l’Open Source. Les développeurs ne sont pas contraints à payer un abonnement annuel pour publier leurs applications. Ce qui se traduit au final par un plus grand nombre d’applications gratuites que sur la plateforme d’Apple tout en conservant l’aspect qualitatif des applications.

 

Résumé

Les + :

  • Le côté libre et gratuit de l’Android Market
  • Système personnalisable et permissif
  • La qualité de l’appareil photo
  • Connectique complète
  • Supporte tous les formats de fichiers

Les - :

  • Système Android moins évident à appréhender
  • Finition de la tablette assez classique
  • Ergonomie pas toujours au top.
  • Plusieurs catalogues d’applications

 

Asus EEE Pad Transformer + Dock

Tablette Asus EEE Pad Transformer

 

Une tablette hybride

La nouvelle tablette tactile proposée par Asus présente la caractéristique unique de pouvoir se transformer en un vrai PC portable grâce à son dock optionnel. La tablette est parfaitement utilisable comme n’importe quelle tablette, mais son véritable intérêt réside dans le fait qu’il est possible de la connecter à un dock. A priori ce dock est un simple clavier et un « touchpad » (la zone tactile que l’on retrouve sur chaque PC portable qui permet de simuler la présence d’une souris), mais il est bien plus que cela. En effet, le dock embarque également une batterie auxiliaire qui permet de faire passer l’autonomie à 16h en utilisation, ce qui est assez exceptionnel pour un objet nomade. De plus, il convient de préciser que lorsque le dock est connecté, la batterie auxiliaire recharge la batterie principale embarquée dans la tablette, ce qui accroit d’autant plus l’autonomie lorsque le dock est détaché. Le dock ajoute également deux ports USB permettant de connecter divers périphériques, ainsi qu’un port mini HDMI. Cet aspect est un peu contraignant, étant donné que la tablette doit être connectée au dock afin de disposer de cette connectivité étendue.

L’autre point négatif qui découle de la présence de ce dock est l’encombrement supplémentaire qu’il engendre, que ce soit au niveau poids ou dimension, mais cela sera un choix de l’utilisateur en fonction de ces besoins.

 

Un hardware complet

Comme l’Acer Iconia Tab, l’EEE Pad Transformer embarque un processeur « Tegra 2 » et obtient donc des performances et une fluidité tout à fait satisfaisante. Cette tablette dispose également d’un écran de 10.1 pouces affichant une résolution de 1280 x 800, ainsi que d’une fonction tactile multitouch.

La tablette dispose également d’un excellent degré de finition et d’un design travaillé. En outre les matériaux qui la composent sont de très bonne facture. Elle entre sans conteste dans la catégorie des objets très haut de gamme et devance même l’iPad 2 sur cet aspect.

En ce qui concerne le système embarqué, il est strictement similaire à celui de l’Iconia Tab (Android 3), donc pour plus d’informations vous pouvez vous référer au paragraphe ci-dessus. Par conséquent, la plateforme de téléchargement d’applications est également l’Android Market et on retrouve également les markets alternatifs.

 

Résumé

Les + :

  • Le dock permettant d’avoir un clavier physique ainsi que d’une connectique complète
  • Autonomie
  • Supporte tous les formats de fichiers
  • Système Android personnalisable et permissif
  • Le côté libre et gratuit de l’Android Market
  • Design très réussi

Les - :

  • Système Android moins évident à appréhender
  • Ergonomie pas toujours au top
  • Plusieurs catalogues d’applications
  • Présence de la connectique uniquement sur le dock
© 2011 Copyright cigo-developpement.fr